larvé


larvé

larve [ larv ] n. f.
• 1495; lat. larva
1Didact. (Antiq. rom.) Esprit des morts qui poursuit les vivants. lémure. Par ext. Fantôme. « ces larves crépusculaires qui hantent les ruines » (Hugo).
2(1762; de larva « masque ») Forme embryonnaire que prennent certains animaux tels que les insectes et les amphibiens avant d'atteindre l'état adulte. Larves d'insectes. asticot, chenille. Larve de ténia ( cysticerque) , de douve ( cercaire, rédie) . Larves de crustacés. nauplius, zoé. Larves de batraciens. axolotl, têtard. Larves de poissons. civelle, leptocéphale. Métamorphose des larves ( nymphe , pupe) .
Par compar. Vivre comme une larve, d'une vie inférieure, ralentie, végétative. — Péj. et fam. Une larve : une personne molle, sans énergie.

Larve personne qui a perdu toute dignité, toute qualité propre à l'homme.

n. f.
d1./d Forme que prennent certains animaux entre l'état embryonnaire et l'état adulte.
d2./d Fig., péjor. Individu insignifiant et méprisable.

⇒LARVE, subst. fém.
A. — Esprit malfaisant qui, sous forme de spectre hideux, revient sur la terre pour tourmenter les vivants. De petites voix, ridiculement débiles, des voix d'un autre monde, du monde des ombres et des larves (MONTHERL., Lépreuses, 1939, p. 1510). Debout, vampires, larves, spectres, harpies, terreur de nos nuits (SARTRE, Mouches, 1943, II, 1er tabl., 2, p. 46) :
1. Jeune fille bohème, vous avouez votre participation aux agapes, sabbats et maléfices de l'enfer, avec les larves, les masques et les stryges?
HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 363.
B. — 1. P. anal. [P. réf. aux « larves », masques de fantômes grimaçants du théâtre romain].
ZOOL. Forme intermédiaire qu'affectent certains animaux, notamment les insectes, au premier stade de leur développement, avant le stade adulte. Larve de hanneton, de mouche, de papillon; larve de grenouille. Le décorticage des souches est un excellent moyen d'anéantir les larves et les cocons qui sont rassemblés sous les écorces dans les anfractuosités des ceps (BRUNET, Matér. vitic., 1909, p. 337) :
2. Nous avons vu que chaque larve d'ouvrière, si elle était nourrie et logée selon le régime royal, pourrait devenir reine; et pareillement, chaque larve royale, si l'on changeait sa nourriture et qu'on réduisît sa cellule, serait transformée en ouvrière.
MAETERL., Vie abeilles, 1901, p. 84.
PATHOL. Larve cavicole, cuticole, gastricole (cf. Méd. Biol. t. 2 1971). Un certain nombre de larves parasitent l'homme et certains animaux (cf. Méd. Biol. t. 2 1971)
2. Au fig. Étape initiale. Mon jeune ami, faites attention que l'esprit d'examen et de curiosité critique est la larve de l'esprit de révolte (GIDE, Isabelle, 1911, p. 645).
3. P. anal.
a) Être qui est au commencement de son existence, qui n'est pas complètement formé. L'enfant dormait. Je me levai et je le regardai dormir. C'était lui, cet avorton, cette larve, ce rien qui me condamnait à un malheur sans appel (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Confess., 1884, p. 461). Tant que les enfants furent des larves et que je ne m'intéressai pas à eux, il ne put naître entre nous aucun conflit (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 77) :
3. Il contemplait le nourrisson, petite larve chaude, aveugle et fripée, dont la figure, à peine grosse comme un demi-poing d'adulte, sortait des linges.
DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 14.
b) Être insignifiant, sans valeur; être vil et méprisable. Vivre comme une larve. Oreste : Tu es le roi des Dieux, Jupiter (...) tu n'es pas le roi des hommes. Jupiter : Je ne suis pas ton roi, larve impudente. Qui donc t'a créé? (SARTRE, Mouches, 1943, III, 2, p. 99). Alfred est une larve soumise à mes quatre volontés (AYMÉ, Quatre vérités, 1954, p. 182) :
4. Mangin avait au plus haut point le sens politique; c'est pourquoi les hommes du régime, les larves sinistres comme Painlevé, Poincaré, Briand et compagnie l'avaient en suspicion et en haine.
L. DAUDET, Rech. beau, 1932, p. 197.
Larve humaine. Tiens! le père Georges avec sa longue trique, un morceau de pain sous le bras (...). Par la chaude et lumineuse journée, c'est sinistre de voir cette pauvre larve humaine se traîner sur le grand chemin, s'accrocher aux arbres, aux murailles (A. DAUDET, Pte paroisse, 1895, p. 70).
REM. 1. Larvicide, subst. masc. Substance utilisée pour tuer des larves. Dans la lutte contre le paludisme, les larvicides modernes sont répandus dans l'eau soit sous forme de préparations huileuses ou d'émulsions, soit sous forme de paillettes ou granules. (Méd. Biol. t. 2 1971). 2. Larviforme, adj. Qui a la forme d'une larve (cf. SÉGUY 1967). 3. Larvivore, adj. Qui se nourrit de larves. Poissons larvivores (Lar. 20e). 4. Larvulaire, adj. Synon. de larveux (infra dér.) Au fig. [Correspond à larve B] Il est persécuté et désaccoutumé d'aimer et d'être aimé. Ce sont des pensées larvulaires, des angoisses nocturnes qui sentent le renfermé, la fièvre, la chambre de malade (BARRÈS, Cahiers, t. 13, 1921, p. 105).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1495 « fantôme hideux, surtout dans l'Antiquité romaine » (J. DE VIGNAY, Mir. historial, II, 96 [éd. 1531]); terme d'Antiq. dep. BESCH. 1845; 2. 1762 zool. « insecte vermiforme qui représente le premier état des insectes à métamorphose » (E.-L. GEOFFROY, Hist. abrégée des insectes); 3. 1830 fig. « embryon de quelque chose » (HUGO, Journal d'un révolutionnaire de 1830, Derniers feuillets sans date ds Littérature et philosophie mêlées, Paris, A. Michel, 1934, p .108). Empr. au lat. d'époque imp. larva « figure de spectre, fantôme »; le sens 2 d'apr. ce dernier sens, la chenille étant comme le masque de l'insecte ailé. Fréq. abs. littér. : 548. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 822, b) 857; XXe s. : a) 897, b) 629.
DÉR. Larveux, -euse, adj. Qui a l'aspect d'une larve. Des bêtes fourmillantes et larveuses (FUCHS, Lex. Journal Goncourt, 1912). Au fig. [Correspond à larve B] Une pâle et larveuse existence (MAETERL., Araignée de verre, 1932, p. 163). [], fém. [-ø:z]. 1res attest. a) 1579 [éd.] « qui a rapport aux larves (spectres) » (GARN., Antig., IIII ds GDF.), rare jusqu'au XIXe s. où il est repris avec le sens b, b) 1864 « qui ressemble à une larve » quelque chose de malsain et de larveux (GONCOURT, Journal, p. 78); de larve, suff. -eux.

larve [laʀv] n. f.
ÉTYM. 1495; lat. impérial larva « masque » et « fantôme ».
———
I Didact. (antiq. rom.). Esprit des morts qui poursuit les vivants. Lémure.Par ext. Fantôme. || Évoquer (cit. 5) les larves. || Larves qui hantent les forêts (→ Écheveler, cit. 3).
1 Filles de l'Achéron, pestes, larves, furies (…)
Corneille, Médée, I, 4.
2 Son glissement, ses attitudes, son geste rapide et mystérieux le faisaient ressembler à ces larves crépusculaires qui hantent les ruines (…)
Hugo, les Misérables, II, I, XIX.
———
II
1 (1762; de larva, au sens « épouvantail, masque », la larve étant considérée comme le masque de l'insecte parfait). Zool. Forme embryonnaire particulière aux insectes (et, par ext., aux autres animaux à métamorphoses), caractérisée par une vie libre menée hors de l'œuf ( Métamorphose; anamorphose, 2.). || Larves d'insectes (cit. 2). Ver. || Larve de mouche. Asticot. || Larve de phrygane. Ver (d'eau). || Larves d'abeilles (cit. 5), d'hyménoptères (cit.), de névroptères. Lion (de pucerons). || Larve de hanneton. Man, turc, ver (blanc). || Larve de papillon. Chenille, teigne. || Métamorphose d'une larve en chrysalide, en nymphe. || Insectes à larves parasites. Liparis, œstre.
3 Je rapportai à La Roque quantité de larves d'oryctes (des coléoptères) que j'élevai dans une caisse pleine de sciure, mais qui moururent toujours avant de parvenir à la nymphose, pour cette raison, je crois, qu'il leur faut s'enfoncer en terre pour se métamorphoser.
Gide, Si le grain ne meurt, I, IV, p. 103.
Larve de ténia. Cénure, échinocoque.Larve de crustacé. Nauplius, zoé.Larve de batraciens. Axolotl, têtard.Larve de certains poissons. Alevin. || L'ammocète, larve de la lamproie.
2 Par métaphore (littér. et rare). Premier rudiment, embryon de qqch. (→ Architecture, cit. 10).
4 Une révolution est la larve d'une civilisation.
Hugo, Littérature et Philosophie mêlées, Journal…, 1830, Feuillets sans date.
3 Par anal. Enfant très jeune, nourrisson.
4.1 (…) il contemplait le nourrisson, petite larve chaude, aveugle et fripée, dont la figure, à peine grosse comme un demi-poing d'adulte, sortait des linges.
M. Druon, les Grandes Familles, t. I, p. 14.
Par compar. || Vivre comme une larve, d'une vie inférieure et ralentie, purement végétative.(Av. 1872, Gautier). Fig. || Une larve (humaine) : un être inférieur, qui paraît incomplètement évolué (→ Gâteux, cit. 1).
5 Celui qui, dans le monde moderne, se refuserait à contracter un certain nombre d'assurances, du même coup se condamnerait soit à vivre comme une larve, soit à courir d'extravagantes aventures.
G. Duhamel, Scènes de la vie future, XIII.
6 Ces larves de nos grandes villes qu'on voit se rassembler, dans la nuit qui tombe, autour des bassines des soupes populaires, à l'entrée des asiles où l'on dort pour quelques sous, si, être homme, c'est donner un sens à ses actes, tendre vers un accomplissement, faire effort, vivre enfin, quel sens a leur lamentable existence ? Ces débris d'hommes sont-ils encore humains ?
Daniel-Rops, Ce qui meurt…, p. 136.
DÉR. Larvaire, larvé.
COMP. Larvicide, larvipare, larvivore.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • larve — larve …   Dictionnaire des rimes

  • larvé — larvé …   Dictionnaire des rimes

  • larve — [ larv ] n. f. • 1495; lat. larva 1 ♦ Didact. (Antiq. rom.) Esprit des morts qui poursuit les vivants. ⇒ lémure. Par ext. Fantôme. « ces larves crépusculaires qui hantent les ruines » (Hugo). 2 ♦ (1762; de larva « masque ») Forme embryonnaire que …   Encyclopédie Universelle

  • Larve — einer Blaugrünen Mosaikjungfer Larve (von lat. lar, Plural: lares (römische Schutzgottheiten) bezeichnet in der Zoologie eine Zwischenform in der Entwicklung vom Ei zum Erwachsenenstadium. Sie tritt bei Tieren auf, die eine Metam …   Deutsch Wikipedia

  • larve — 1. (lar v ) s. f. Terme d antiquité. Génie malfaisant, qu on croyait errer sous des formes hideuses. •   Filles de l Achéron, pestes, larves, furies, CORN. Médée, I, 4. •   Voilà que de partout, des eaux, des monts, des bois, Les larves, les… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Larve — Sf std. (14. Jh.), spmhd. larve, larpha Entlehnung. Entlehnt aus spl. lārva, älter lārua Maske , zu l. Lāres Pl. Geister . Im 18. Jh. übertragen auf ein Entwicklungsstadium der Insekten, unter der Vorstellung, daß sich hinter der Larve das wahre… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Larve — »‹Gesichts›maske« und »frühes Entwicklungsstadium bestimmter Tiere, das im Hinblick auf die Gestalt von der Form des ausgewachsenen Tieres stark abweicht«: Das seit dem 14. Jh. bezeugte Substantiv (mhd. larve »Maske; Gespenst«) ist aus lat. larva …   Das Herkunftswörterbuch

  • Larve — (l[aum]rv), n.; pl. {Larves} (l[aum]rvz). [F.] A larva. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Larve — Larve,die:⇨Maske(1) Larve 1.Made,Raupe,Puppe,Engerling 2.Maske,Gesichtsmaske …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • Larve — Larve, 1) (Larva, Mania), in der etruskischen u. römischen Relgion Geist eines verstorbenen Lasterhaften, welcher ruhelos umging u. die Verstorbenen u. Lebenden quälte; sie wurden als Skelette u. Popanze von furchtbarer Gestalt gedacht. Um… …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.